23 Août 2021

Lumina : top départ pour la mesure des radiations dans l'ISS

Mesurer les radiations à bord de l’ISS grâce à la fibre optique : cette technologie française récente et innovante, embarquée dans le cargo ravitailleur Cygnus NG-16, est arrivée à bord de l’ISS le jeudi 12 août 2021. Le dosimètre de l’expérience Lumina a été activé quelques jours plus tard, mercredi 18 août 2021, par l’astronaute français de l’ESA Thomas Pesquet. Retour sur cette opération suivie en direct par les ingénieurs du CADMOS au CNES à Toulouse.

08h00 dans l’ISS, 10h00 dans la salle de contrôle du CADMOS : le centre de contrôle Eurocom donne le « go » pour l’activité Lumina. A bord de la station, c’est l’astronaute français de l’ESA Thomas Pesquet qui est en charge de ces opérations.
Aux manettes à Toulouse : Hélène Ravily, ingénieure safety et support opérations. C’est elle qui sera la voix du CADMOS pendant toute la session. Florence Clément, responsable de l’expérience Lumina, participe également aux opérations : son expertise est nécessaire dans le cas où Thomas Pesquet aurait une question sur le matériel ou la procédure.

L’installation de Lumina consiste en plusieurs étapes :

  • Fixation du dosimètre sur un bras articulé à l'intérieur du module européen Columbus
  • Branchement au système électrique de l'ISS
  • Activation et contrôle de l’allumage des LED
  • Réglage de la puissance des sources lumineuses depuis une tablette équipée de l’application Everywear

« Thomas est très rapide ! » peut-on entendre dans la salle de contrôle. Effectivement, au bout d’à peine 30 minutes d’opérations, l’activité est terminée et Lumina a été activé avec succès

Le saviez-vous ? 

La plupart des trousses qui permettent de protéger le matériel lors du lancement et de le stocker une fois à bord de l’ISS sont bleues.
Toutefois, celle de Lumina est orange : cela signifie qu'elle devra redescendre sur Terre !
Les trousses bleues quant à elles sont brûlées dans l’atmosphère avec les véhicules cargos.



Dès le lendemain, s‘est tenue une première session de récupération des données. Pour ce faire, Thomas Pesquet était chargé de les transférer, via une clé USB, depuis Lumina vers l’application Everywear. Les ingénieurs au sol ont ensuite pu lancer leur téléchargement.

Deuxième succès pour l’expérience : les valeurs ont l’air conformes à ce qui était attendu.
Les scientifiques vont désormais pouvoir travailler à leur analyse… sur le long terme ! Lumina est effectivement programmé pour fonctionner pendant plusieurs années à bord de l’ISS. Les données enregistrées par le dosimètre seront régulièrement envoyées au sol : une fois par semaine pendant 2 mois puis 1 fois par mois.

Si vous souhaitez découvrir - ou redécouvrir ! – le principe et les objectifs de l’expérience Lumina, alors la vidéo ci-dessous est faite pour vous !



Découvrez également : 




is_ecussion_lumina.jpg
Ecusson de l’expérience Lumina / mission Apha de Thomas Pesquet. Crédits : CNES/GRARD Emmanuel.

PARTENAIRES DE L'EXPÉRIENCE Lumina



Le Laboratoire Hubert Curien (Université Jean Monnet Saint Etienne / CNRS)

La société iXblue

Le CERN

alpha_experiences-francaises_ecusson.jpg

LES EXPÉRIENCES FRANÇAISES DE LA MISSION ALPHA

Lumina fait partie des 12 expériences développées en France, par le CADMOS, au titre de la contribution nationale du CNES à la mission Alpha. 

Sciences, technologie, expériences étudiantes et éducatives... À travers ce programme, le CNES cherche notamment à apporter des améliorations au laboratoire de pointe qu’est l’ISS, afin que les scientifiques puissent continuer de faire avancer le progrès depuis l’espace, pour la Terre. Il s’agit également de soutenir la recherche scientifique française et les avancées technologiques dans la perspective de l’exploration du système solaire et des missions spatiales habitées lointaines.

→ Découvrir les expériences développées par le CADMOS